Myanmar Discovery Travel

HISTOIRE DU PAYS

L’histoire du Myanmar a été influencée par les différents peuples qui ont évolué au sein de ses frontières mais également au-delà. Les régions proches des pays voisins (Chine, Inde, Bangladesh, Laos, Thaïlande) ont apporté certaines touches à son histoire, et plus tard, les grandes puissances coloniales, comme le Portugal, la France et majoritairement le Royaume-Uni, en ont amené d’autres.

Les Môns furent la première civilisation à occuper la Birmanie il y a 5 000ans. Ils dominèrent la majorité de la partie sud du Myanmar et apportèrent au pays leur culture et celle de l’Inde. Ils dominèrent le pays du VIème jusqu’au IXème siècle quand ils furent poussés à descendre plus au sud par les Pyus, venus du Nord vers le VIIème siècle. Leur puissance fut réduite par le royaume de Nanzhao au milieu du XIème siècle. La Birmanie débuta ses échanges commerciaux à cette période-là.
Les Birmans prirent alors le relais en 849 et fondèrent un royaume puissant autour de la ville de Pagan. Ils unifièrent la Birmanie et créèrent le premier empire birman en 1057: le Royaume de Pagan. Ils régnèrent sur la majorité de l’Asie du Sud-est avec l’empire khmer jusqu’à sa destruction par les Mongols en 1287.

La Birmanie fut divisée en deux royaumes après cette période, avec au nord, le royaume d’Ava, dirigé par les Birmans et au sud, le royaume de Pégou mené par les Môns. Cette période fut stable et permit l’épanouissement intellectuel et religieux des deux peuples.
En 1535, le deuxième empire birman fut créé grâce à la réunification du pays par le roi Tabinshwehti. En guerre contre le royaume d’Ayutthaya de Thaïlande et les premières tentatives des Européens à s’implanter dans la région, cela les obligea à se replier dans la région centrale. 

Vint ensuite le troisième empire birman mené par le roi Alaungpaya. La dynastie Konbaung (1752-1885) agrandit les frontières grâce à une politique expansionniste et dessina les traits du Myanmar actuel. Ils résistèrent aussi aux incursions de la Dynastie Qing au Nord et affermirent les frontières avec la Chine.

Avec la conquête de l’Assam en 1824, ils se retrouvèrent confrontés à l’Empire britannique et ses désirs d’expansion. La première guerre anglo-birmane (1824-1826) se termina par une défaite des Birmans et les obligea à signer le traité de Yandabo qui conféra aux Britanniques la conquête des récentesavancées de la Birmanie à l’Ouest. Les Britanniques continuèrent leurs avancées avec la deuxième guerre anglo-birmane en 1852 qui leur permirent de conquérir toute la basse Birmanie. En 1886, toute la Birmanie fut occupée par les Britanniques

Le pays constitua une colonie britannique de 1937 à 1948. Durant la seconde guerre mondiale, de 1942 et 1945, il fut sujet à un combat entre Alliés et Japonais. Profitant du soutien japonais, Ba Maw, un homme politique indépendantiste dirigea un gouvernement pro-japonais entre août 1943 et mars 1945.

La fin de la Seconde Guerre Mondiale amena la voie vers l’indépendance pour la Birmanie, conduite par le général Aung San. Malgré l’assassinat de celui-ci le 19 juillet 1947, le pays devint finalement indépendant le 4 janvier 1948 et le premier ministre U Nu instaura une démocratie parlementaire.
En 1962, le général Ne Win réussit un coup d’état militaire et mène pendant vingt-six ans une politique socialiste brutale ; il dirigea le pays d’une main de fer.
En 1988, le peuple se révolta ; un groupe de généraux en profita pour renverser le gouvernement de Ne Win et instaurer un nouveau gouvernement militaire, le Conseil d’Etat pour la restauration de la Loi et de l’Ordre. En 1990 des élections furent organisées. La Ligue nationale pour la démocratie (LND) de l’opposante birmane Aung San Suu Kyi (fille d’Aung San et futur prix Nobel de la Paix) avait largement remporté le scrutin (80%), mais les élections furent annulées par la junte militaire qui avait refusé d’abandonner le pouvoir. Aung San Suu Kyi fut assignée à résidence.
Le pouvoir fut ensuite partagé entre le président Than Shwe et le chef des armées Maung Aye, qui en 2004 réussirent à écarter leur rival, le chef des services de renseignement des armées, Khin Nyunt. 
Le 7 novembre 2005, la capitale fut transférée de Rangoon à Naypyidaw, dans le centre du pays pour des raisons de sécurité.

La junte résista aux mouvements populaires de septembre 2007, ce qui entraîna la mort de nombreux civils. Lors du cyclone Nargis, en mai 2008, la Birmanie connut une catastrophe naturelle qui entraina la mort de plus de 130 000 personnes et plus d’un million de sinistrés.

En 2010, le nouveau président Thein Sein s’engagea dans une politique d’ouverture du pays et fit libérer Aung San Suu Kyi le 13 novembre.

En novembre 2015, les élections législatives virent la victoire du parti de Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie. Aung Sa Suu Kyi annonça alors une transition progressive vers la démocratie.

En 2016, celle-ci ne pouvant être nommée présidente en raison d’une règle sur mesure de la Constitution de 2008, c’est la candidature de l’un de ses proches, Htin Kyaw, qui fut proposée au Parlement. Celui-ci fut nommé président de Birmanie le 15 mars 2016 et Aung San Suu Kyi devint le 6 avril 2016 “Conseiller pour l’Etat”, nouvelle fonction qui s’apparente à la création d’un Premier ministre.

REJOIGNEZ-NOUS SUR

Un projet de voyage ?
Faites-nous part de vos envies, nous vous répondrons très vite en vous proposant des programmes sur-mesure ! Nos conseils et devis sont gratuits.
Mme Lan DUONG