Mont Popa en Birmanie

 

Mont POPA


Le Mont Popa, ancien sanctuaire, est un haut lieu de pèlerinage birman.

Situé à 50 kilomètres vers le sud-est de Bagan, c’est une étape intéressante en route vers Kalaw ou le lac Inle.

Il faut d’abord distinguer le Mont Popa de 1518 m d’altitude, un ancien volcan qui est rebaptisé Taung Ma-gyi (montagne-mère) et le Mont Popa Taung Kalat (montagne des fleurs) qui se trouve vers le sud-ouest de Taung Ma-gyi et qui est également une ancienne cheminée volcanique mais moins haut (737 m). C’est ce dernier que les touristes et les Birmans viennent visiter et le nom «Mont Popa» est désormais son nom officiel.

 

Selon la tradition, le Mont Popa est la résidence de 37 grands Nats (esprits vénérés) de Birmanie. Il est aujourd’hui le lieu de pèlerinage le plus connu du pays en ce qui concerne le culte des esprits. Les pèlerins voyagent des heures voire des journées pour venir rendre hommage aux Nats. Ils affluent notamment au moment de la pleine lune de Nayon (en mai/juin) et de celle de Nadaw (en novembre/décembre).

 

Le Mont Popa est impressionnant vu de loin. C’est un beau promontoire surmonté d’un monastère. Son ascension se fait par un escalier couvert de 777 marches qui mène au sommet d’où on a une vue magnifique sur la plaine de Myingyan. L'ascension marches se fait sans grand effort, l'attention étant retenue par les échoppes, les représentations de Nats et les singes très entreprenants ! 
Le mont Popa est un oasis de verdure au milieu de la zone aride du centre de la Birmanie. Les cendres volcaniques ont fertilisé ses flancs, y favorisant la croissance d’une végétation luxuriante. Notez que la moitié de l'ascension doit se faire sans chaussures ! Dans le monastère se trouvent deux cloches ; les pèlerins croient que le fait de faire sonner la plus grosse va attirer l’attention des esprits et que  leurs vœux secrets vont se réaliser

Un tabou d’après une croyance birmane : les personnes qui gravissent le Mont Popa ne devraient pas porter de rouge ou de noir, ni jurer ou médire d’autrui, et encore moins apporter de la viande (en particulier du porc), afin de ne pas offenser les Nats qui risqueraient alors de leur jeter un sort.

Culte des nats

Les Nats sont des esprits vénérés en Birmanie. Ce sont des êtres humains qui ont connu une mort violente. Les causes de leur mort expliquent leur existence future.

Le culte des nats a été créé à Bagan par le roi Thinlikyaung (344-387), avant l’introduction du bouddhisme dans ce pays. Le roi Thinlikyaung aurait retiré de l’Irrawady un arbre dans lequel étaient réfugiés un frère et une sœur qui ont été  brulés. A partir de l’arbre, on aurait sculpté deux statues et elles auraient été installées au sommet du Mont Popa.

Il y a officiellement 37 Nats dans la tradition birmane.Le culte des nats vise à apaiser les âmes errantes de ceux qui ont été  tués. Les Birmans créent  des «maisons des esprits » pour mettre fin à leurs errances et ainsi attirer leur faveur. Une fois sédentarisé, le nat devient un protecteur de son village ou de sa région, et l'objet d'un culte de la part des habitants pour repousser le mauvais sort. Le culte des nats est surtout pratiqué par l’ethnie birmane dans les campagnes. Pratiquement chaque maison et chaque village possèdent un sanctuaire consacré à son nat bienfaiteur. Les familles s’adressent surtout au nat Min Mahagiri (le « seigneur de la Grande Montagne »), protecteur du foyer et le premier à avoir été vénéré. L’autel qui lui est dédié est représenté par une noix de coco (nat oun) recouverte d'un turban rouge, pendue au pilier central de la maison et entourée d'encens.

Aujourd'hui,  le culte des nats et le bouddhisme coexistent en Birmanie. Des autels dédiés aux nats sont présents dans les lieux de culte bouddhistes et souvent les temples et pagodes accueillent les cérémonies des nats.

Le plus important lieu de pèlerinage pour les nats est le Mont Popa.